TOUT EST PSY....

Echanges, débats, sur la psychologie, la psychanalyse et les psychothérapies
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pour poissonette

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Ingrid
Invité



MessageSujet: Re: Pour poissonette   Mer 14 Sep - 18:42

Bonjour Zoé


Avec la loi Accoyer en France et toutes les critiques envers la psychanalyse, le pouvoir souhaite justement que la souffrance soit mesurée (alors que celle-ci est subjective), réduite à la neurologie, la souffrance psychique réduite à des causes organiques, au médicale, à un corps machine.

La psychanalyse, le Sujet semblent les déranger et ne pas avoir leur place.


Bien à toi
Ingrid
Revenir en haut Aller en bas
pothieu

pothieu

Nombre de messages : 102
Localisation : un coin chaud des Yvelines
Date d'inscription : 22/08/2005

MessageSujet: Re: Pour poissonette   Mer 14 Sep - 21:17

Bonjour,

Bien sûr chacun de nous répondons à nos interrogations au travers de notre prisme personnel, tant en ce qui concerne notre culture, nos connaissances, que notre vécu.

Je doute qu'il faille découper les posts pour répondre sur le fond de notre sujet. Cependant, puisque tu y fais référence, Ingrid, je souligne que Poisson elle-même est très satisfaite de sa prise en charge médicamenteuse qui la soulage d'une hospitalisation handicapante et lui permet en plus (entre autre) de partager ses pensées, ses émotions, voire ses coups de gueule avec nous. Autrement dit d'être présente.

La loi Accoyer a pour but d'éviter le charlatanisme. Je ne suis pas d'accord avec bon nombre de ses arguments (notamment les possibilités offertes aux médecins, mm s'ils n'ont pas de parcours spécifique ds le domaine psychologique) mais il faut reconnaître que certains se disent psychothérapeutes sans avoir de réelles compétences, ni formations et provoquent d'énormes dégats. Ca, c'est un fait avéré.

De corps exclusivement machine, il ne peut évidemment être question. Mais d'un corps machine aussi, ou, comme l'écrit Zoé, d'une véritable usine. (Une partie d'un tout) C'est aussi un fait avéré.

Quoi qu'il en soit, j'aimerais comprendre ce que tu veux dire par "car mon avis ne change pas par rapport à mes autres messages ici concernant les propos diffamatoires contre les psychanalystes et la réduction de certaines thérapies à nous uiniformiser, "
A te lire


Dernière édition par le Mer 14 Sep - 21:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pothieu

pothieu

Nombre de messages : 102
Localisation : un coin chaud des Yvelines
Date d'inscription : 22/08/2005

MessageSujet: Re: Pour poissonette   Mer 14 Sep - 21:20

Et oui Colibri, la magie de l'internet...... Smile
J'étais étudiante à l'époque tout de même hein Laughing
Cependant le temps passe si vite !

Merci qd même lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingrid
Invité



MessageSujet: Re: Pour poissonette   Jeu 15 Sep - 0:31

Bonsoir Pothieu


Je ne crois pas qu’une personne puisse être réduite à soit l’enfermement dans un hôpital soit à la prise de médicaments. C'est bien horrible tout ça.
Je pense qu’une personne est bien autre chose, comme je l’ai déjà répété à plusieurs reprises.
Ce n'est pas facile de se faire comprendre.
Loin de moi de penser que Poisson a interdiction de nous partager ses émotions... confused

Ca me choque que la loi Accoyer soit pour éviter le charlatanisme, alors que le diplôme n’est pas forcément une garantie.

Pour te répondre, je n’ai pas compris pourquoi tu étais surprise de mon avis.


Bonne soirée
Ingrid
Revenir en haut Aller en bas
pothieu

pothieu

Nombre de messages : 102
Localisation : un coin chaud des Yvelines
Date d'inscription : 22/08/2005

MessageSujet: Re: Pour poissonette   Jeu 15 Sep - 5:58

Un diplôme garantit un minimum de savoir mais ne garantit pas le savoir- faire ni le savoir-être, effectivement.

Triste condition humaine que l'imperfection mais, paradoxe, quels espoirs aussi !

Délier les différentes parties d'un tout pour en reconnaître la complexité, puis les relier pour les appréhender dans leur globalité, c'est le début de la connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoé

Zoé

Féminin Nombre de messages : 320
Localisation : Brossard Québec
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: Pour poissonette   Jeu 15 Sep - 22:31

Bonjour Ingrid,

Tu contestes que : "......la souffrance soit mesurée (alors que celle-ci est subjective), réduite à la neurologie, la souffrance psychique réduite à des causes organiques, au médicale, à un corps machine.......

Ce n'est pas du tout le sens de mon message Ingrid et je crois que plusieurs spécialistes, si neurologues ou psychiatres soient-ils, ont une vue un peu plus large, une approche plus nuancée. Certains mêmes ont aussi une très belle ouverture face à ce moyen d'intervention qu'est la psychalayse.

Pourquoi opposer ce qui peut très bien être complémentaire?

Au plaisir, Zoé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sigmund
Rang: Administrateur
Sigmund

Masculin Nombre de messages : 505
Age : 28
Localisation : Versailles
Loisirs : littérature-psychologie
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: rep a Ingrid   Jeu 15 Sep - 23:17

Bonjour Ingrid

Contrairement à ce que tu sembles croire on est loin de soigner tout avec les « psy » et la cure analytique n’est pas une panacée.
Mais la science de Freud a toujours été marginale et si dérangeante qu’on l’a interdite dans les pays totalitaires.
La loi Accoyer, si elle peut faire le ménage dans ce milieu des « psychothérapeutes d’opérettes » tant mieux !
J’ai l’impression que tu idéalises, ce monde des psychanalystes, tu vas vite revenir sur terre (je suis passé par là et j’en témoigne !)
Quant aux médicaments, car nous ne sommes, ne t’en déplaise, qu’une gigantesque chimie, ils permettent, souvent, de guérir et surtout de survivre pour beaucoup, et de soulager l’abominable souffrance psychique. (Un psychanalyste, neuro- psychiatre, m’a confié un jour qu’une névrose d’angoisse fait bien plus souffrir qu’une jambe cassée !)
Ces molécules ne sont que des béquilles, qui ont le mérite d’apaiser leur souffrance.
Ce ne sont pas les traitements médicamenteux qui transforment nos alter ego en numéros matricules et autre zombies.
Si tu veux porter l’étendard de ceux qui refusent la dépersonnalisation, le paraître, regarde ailleurs !
Dans la crétinisation orchestrée des masses, par exemple !
Que penses tu de la télé débile (je pense pour vous !), du cinéma sauce tomate (ça les excite !), de la musique qui rend dingue, des rave-party, réservoirs à tarés, et des guerres à la con qui enrichissent les salauds et déciment une jeunesse « paumée » (comme toujours) et du foot, formidable soporifique pour les décervelés, et des consoles de jeux, abrutissantes, pour nos chères têtes blondes qui seront de magnifiques patients pour les futurs « psy » et des politiques, qui ne songent qu’à se faire élire et réélire, pour se prouver qu’ils existent et mieux nous abreuver de leur nullité, sans compter la « malbouffe » et la bourse insolente… alors que notre pays se paupérise…
J’en passe et des meilleures !

Cherche plutôt du côté de ceux qui organisent cette foire.
Il y aura toujours des gens qui pensent et les enfants de Freud sont encore là !

Voila ce que je voulais te dire, ma Chère Ingrid

Horas breves sunt, sint utiles…


Amitiés Smile

Sigmund

_________________
Espérez ce qu'il vous plaira..( J LACAN ) Télévision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingrid
Invité



MessageSujet: Re: Pour poissonette   Ven 16 Sep - 0:41

Bonsoir Zoé et Sigmund


Zoé
En fait, comme tu parlais des désordres chimiques quantifiables.
Je souhaitais souligner que le pouvoir (c’est lui que je dénonce) désire justement le tout médical, mesurer la souffrance psychique.

Y’en a marre d’être réduit(e)s à une machine chimique, à des comportements.
Marre d’être réduit(e)s à l’état d’objet.
Doit-on continuer à se faire manipuler et à rester aveugle face à ces pillules et thérapies miracles du bonheur, qui cherchent à nous formater ?

Le Sujet, la singularité n’est pas bien vu, car ça va à l’encontre de cette société du paraître, de la rentabilité, de l’urgence.


Sigmund

La télé débile dont tu parles, c’est bien de cette société dont je parle justement qui semble nous réduire à rien du tout si ce n'est leur désir.

Tu sais mieux que moi que la psychanalyse ne guérit pas et qu’elle n’est pas médicale.

Concernant la loi Accoyer; pour ma part je trouve dangereux plutôt qu'un(e) psy qui exerce sans avoir d’abord fait un travail poussé et suffisant sur lui/elle.
Et ça ça ne s’apprend pas à l’université, ni dans les livres.

Oui Sigmund, tu connais mon profond soutient aux psychanalystes.


Je reconnais que c'est un coup de gueule, une douleur.
Quelquechose que je ne voyais pas et qui m'arrive en pleine figure aujourd'hui.


Amitiés à vous 2
Ingrid
Revenir en haut Aller en bas
Colibri

Colibri

Nombre de messages : 243
Date d'inscription : 24/08/2005

MessageSujet: Re: Pour poissonette   Ven 16 Sep - 1:14

Hello Ingrid,

Sans ouvrir la porte, sur la pointe des pieds, je t'envoie ma sympathie et mon soutien pour cet imprévu douloureux sunny

Bises Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoé

Zoé

Féminin Nombre de messages : 320
Localisation : Brossard Québec
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: Pour poissonette   Ven 16 Sep - 2:19

Oui la souffrance se "mesure" jusqu'à un certain point...Certaines personnes souffrent plus que d'autres car elles ne peuvent plus travailler, ne peuvent plus aimer, ne savent plus être aimée, ne peuvent plus être en relation, vivre dans la société...Certaines personnes cessent de bouger ou au contraire réagissent à un point tel qu'il faut faire venir les policiers pour les attacher sur une civière...

Il ne s'agit pas du "désir" du pouvoir Ingrid mais de l'impuissance des personnes au pouvoir à bien comprendre tout ce qui se joue dans les décisions que nous prenons, ou que nous ne prenons pas; dans la compréhension de ce que nous vivons. Il n'y a pas de visions à long terme dans les choix que nous faisons comme société car nous ré-agissons plutôt que d'agir et souvent "en urgence"

Malgr. tout, tout est question de nuances...Certains pas se font petit à petit...aussi... Ce n'est pas parce qu'un psychiatre prescrit des médicaments qu'il considère que voilà le problème réglé....Pour certains peut-être, oui... mais d'autres ont des vues plus larges et font d'autres recommandations, agissent plus en profondeur, proposent AUSSI d'autres pistes à explorer.

Tout n'est pas blanc pâle ou noir foncé !

Nous sommes tout à la fois : sujet et objet...L'essentiel est de savoir qui on est "pour soi" d'abord et avant tout...

Cordialement, Zoé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingrid
Invité



MessageSujet: Re: Pour poissonette   Ven 16 Sep - 14:24

Bonjour Zoé et Colibri


Zoé

Désolée, mais Je ne suis pas d’accord pour comparer une souffrance par rapport à une autre.
Tout souffrance est à prendre en compte et est à entendre.
Même si une souffrance peut paraitre anodine ou moins importante pour certain(e)s, on ne peut pas savoir ce que peut ressentir l’autre.

Je ne comprends pas ce que tu dis, car je pense plutôt qu’être soi et exister c’est accéder à sa place en tant que Sujet de sa propre vie confused


Colibri

Merci.

Je suis surtout inquiète pour les psychanalystes.
Ce que je ne voyais pas ou pas clairement c’était ce vers quoi le pouvoir essaye de nous embarquer.



Bonne journée à toutes et tous
Ingrid
Revenir en haut Aller en bas
Zoé

Zoé

Féminin Nombre de messages : 320
Localisation : Brossard Québec
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: Pour poissonette   Ven 16 Sep - 14:44

Ingrid...Oui toute souffrance est à considérer...effectivement aucune souffrance n'est anodine...mais oui, il y a des personnes qui souffrent plus que moi par exemple ! Je peux travailler, aimer, être aimée ( comme j'ai appris bien entendu, comme j'apprends ) mais il y a des gens autour de moi qui ne savent plus faire ça, à peine, parfois plus du tout. L'ado qui se mutile, qui se met volontairement dans des situations suicidaires, d'abus, qui s'est mis un fusil dans la bouche et a appuyé sur la gachette, je crois qu'il souffre plus que moi...

Je compare sa souffrance à la mienne et je me dis que oui, il souffrait certainement plus que moi! Et je ne pense ni au sujet, ni à l'objet mais à l'être humain...médicamenté ou pas...Alors oui, considérons toutes les avenues possible pour soulager ce genre de souffrance. Remettons-nous en cause !

Triste témoignage mais réaliste ! Zoé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
poisson

poisson

Féminin Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: Pour poissonette   Ven 16 Sep - 14:53

Bonjour à tous

Ca va peut être vous faire frémir ce que je vais dire sur la psychanalyse. Personnellement, je pense que la psychanalyse ne sert pas aux gens qui ont de graves problèmes du genre psychose. Ca sert à ceux qui ont des pb de couple ou marre de leur boulots, enfin bref, des petits trucs. Mais quand on a une vraie maladie, c'est pas vers eux qu'il faut se tourner, c'est pas avec des paroles (ou des silences) qu'on va guérir ce genre de maladie. Je trouve que la psychanalyse, c'est un peu snob. Raconter ses petits problèmes. Ca sert surement 100 fois plus de raconter ses problèmes à un ami, là au moins on a des conseils (peut être pas toujours bons, mais ça donne un point de vue).

Et puis raconter ses traumatisme de l'enfance, à quoi ça sert??? Comme si la parole était magique, comme si une fois qu'on a tout dit on est guérit.

Et puis aussi le rapport des psy à l'argent !! n'importe quoi!!! Comme si quand on paye, on se sent mieux, que ça fait partie de la thérapie. C'est un moyen de nous extorquer de l'argent oui. Moi mon psy qui est un psychiatre, je ne le paye pas, même pas le 1 euro non remboursé de la sécu. Est ce que pour ça je susi mal soignée??? Non, je m'en porte au mieux et mon prote monaie aussi.


Ingrid, tu dit qu'il ne faut pas comparer les douleurs. Ben si !!! Il y a de plus fortes douleurs que d'autres. Tout n'est pas sur un pied d'égalité. C'est sur que pour une même agression, il y aura des gens qui souffriront moins que d'autres car ils sont plus résistants, mais une petite agréssion ça vaut mieux qu'une grosse (enfin vaux mieux rien du tout, hein). Je parle d'agression comme je pourrais parler de maladie, vaut mieux une égratignure q'une opération chirurgicale.


bon, je sens que je vais me faire assassiner sur place avec mes idées sur la psychanalyse, mais je suis ouverte, vous pouvez me faire changer d'avis, mais accrochez vous, loooooool;

bises à tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoé

Zoé

Féminin Nombre de messages : 320
Localisation : Brossard Québec
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: Pour poissonette   Ven 16 Sep - 15:27

Poisson !

Méfie-toi des ombres de la caverne de Platon !

Rares sont ceux qui ont assez d'argent pour se payer une analyse pour "ces petits bobos" comme tu dis. On ne restructure pas qu'à travers les mots mais bien dans le lien transfériel et ce n'est pas sans passer par des souffrances....dont tu ignores l'essence...

Névroses, psychoses...Certaines personnes souffrant de psychose arrivent à vivre mieux que "ces riens du tout" dont certains s'enlèvent parfois la vie.

Tu ne connais l'histoire de personne ! Prudence dans tes "jugements" ...

Beaucoup d'ignorance de ce qu'est la psychanalyse à travers tes mots.

Cordialement, Zoé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
poisson

poisson

Féminin Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: Pour poissonette   Ven 16 Sep - 16:54

Coucou zoe,

La caverne de platon est une métaphore, personne n'en sort de cette caverne pour voir le réel, même les philosophes contrairement à ce qu'ils disent. On a tous nos convictions, nos leures.

En attendant, la psychanlyse est à la mode, ça fait bien de dire "je suis une analyse". Les personnes que je connais qui font des analyses n'ont aps de pb particulier, juste la perte d'un être cher ou des trucs du genre. Ben oui, c'est normal de souffrir quand quelqu'un meurt, et parler à un psy n'enlèvera pas la douleur. Le mieux, c'est d'aller à la plage sortir un peu ça fait penser à autre chose. C'est se regarder le nombril que de faire ce genre de démarche.

Avant, j'y croyais en la psychanalyse. J'avais même un psychiatre qui me faisait ça. Je lui ai tout raconté, tout tout tout tout, il savait tout sur moi. J'avais des pb de couple, je pensait qu'il pouvait m'aider. Ben non, c'est aps un magicien qui quand on lui raconte des trucs arrange les choses. Mes pb sont restés. Je lui ai raconté tout ça pour rien, si pour qu'il se mette de l'argent dans les poches.

Aujourd'hui, avec mon nouveau psy, je ne lui parle que de mes symptomes. Il a rien besoin de savoir de plus. Je m'assume, j'arrange mes pb à ma sauce, ou je mes garde. Les gens à qui je parle de mes pb sont mes connaissances. Eux, au moins, je sais ce que valent leurs conseils, je ne prends plus ça comme parole d'évengile. Maintenant, je me méfie aussi de mon psy, et oui, c'est un homme comme les autres, il fait lui aussi des bourdes, lui aussi a ses ombres de la caverne.

En attendant, contrairement à vous, je susi contente que ce livre noir sur la psychanalyse soit sorti. Ca remet un peu les pendules à l'heure. Je suis aussi contente que l'inserm ai fait un rapport sur la psychanalyse et les autres type de thérapie. On voit bien que la psychanalyse est la moins efficace de toute les thérapie. Hé oui, je parle d'éfficacité. Parce que c'est ça qui compte. On ne va pas chez un psy pour le plaisir, on y va pour que ça marche, pour qu'il y ai des rsultats, pour aller mieux. D'après ce rapport, la psychanalyse est donc la plus longue des thérapie et celle qui marche le moins bien. Je me demande même s'il n'y aurait pas un effet placebo là dedans. Difficile de juger un effet placébo dans ces conditions.

C'est trop facile d'inventer une théorie sans la prouver, de dire par exemple que dans repère, il y a père. Ouai, et puis quoi encore. La medecine n'est peut être pas une science, mais il y a des tests pour juger de son efficacité, des effets secondaires. La psychanalyse, elle n'accepte aucune critique. Il faudrait croire ces bobards sans les prouver, sans faire des tests, des stats des proba. Ben non !! Moi je n'y crois plus. Je ne crois plus en rien qui vient de la psychanalyse, plus aucune théories non justifiée. Le seul interret d'un psychanalyste, c'est le même que celui d'un bon copain, mais lui on ne le paye pas.


Pour finir, oui c'est vrai que je ne connais pas bien la psychanalyse, mais depuis psychoressource, j'ai beaucoup lu, je ne suis plus naive sur le sujet. J'ai donc fait mon opinion. Mais bien sur, elle peut évoluer.


Amitié
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pothieu

pothieu

Nombre de messages : 102
Localisation : un coin chaud des Yvelines
Date d'inscription : 22/08/2005

MessageSujet: Re: Pour poissonette   Ven 16 Sep - 17:25

Ainsi il y aurait des grosses et des petites maladies psy .... Ben oui, il y a les névroses, les psychoses et les perversions ! (bon c'est un peu caricatural, je vous l'accorde).

Je rebondis :
Que devient une personne qui, ayant perdu un être cher, ne peut plus se rendre à la plage ? Quand "l'ombre de l'objet retombe sur le moi"...
Il n'y a apparemment pas de trouble organique et pourtant une "mélancolie" au sens freudien du terme.
Pour autant faut-il renvoyer la personne à la plage , sans se soucier des circonstances et du contexte ?
Et les risques de décompensation ?

Attention aux idées pré-conçues, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colibri

Colibri

Nombre de messages : 243
Date d'inscription : 24/08/2005

MessageSujet: Re: Pour poissonette   Ven 16 Sep - 18:36

Je suis assez d'accord avec toi, Poisson. Wink

Il ne faut pas oublier que les TCC ont été développées, mises au point par des psychiatres ou psychanalystes qui se sentaient impuissants devant la souffrance de leurs patients.

Plusieurs personnes m'ont dit que la psychanalyse ne les avaient pas aidées alors que d'autres méthodes, TCC, sophrologie, amis etc si.

Je crois qu'on on est tous différents, et qu'on ne peut pas forcément tous être aidés par la même méthode. Et c'est important de savoir en tant que patient, proche ou soignant, qu'il n'y a pas qu'une seule méthode, que si ça ne marche pas avec une méthode, il y a quand même un espoir. Le mieux c'est peut-être de mélanger plusieurs approches.

Pour prendre l'exemple de Pothieu, la personne qui a perdu son amour, trouvera peut-être du réconfort à parler de son deuil, mais j'espère que près d'elle des gens sauront la convaincre de ne pas laisser tomber la plage, parce le soleil, le sable et la mer ça fait du bien aux yeux aux oreilles à la peau, ça aide à se raccrocher à la vie.

En fait, les querelles théoriques m'intéressent assez peu.

Perso, je ne sais pas si j'ai un gros ou un petit "bobo", mais je sais que j'ai failli laisser ma peau au cours d'une psychothérapie d'inspiration psychanalytique, et à ce moment-là mon psy appellé en urgence ne m'a rien dit, rien prescrit. Il pensait que j'avais voulu me faire remarquer (!) et était étonné que j'aille voir un médecin, lequel m'a prescrit moult analyses de sang etc. Bref, pendant les mois suivants, sans le soutien de lectures de poètes, mystiques, philosophes, artistes, la mise en place d'une routine quotidienne (écriture, méditation) à mon initiative et de forums spécialisés, je crois que je ne serais plus là pour écrire des bêtises sur internet. Pendant des mois j'étais suicidaire, sans aucune raison apparente, et mon psy n'y voyait que du feu. Maintenant je vois quelqu'un qui utilise plusieurs approches, qui se forme toujours à de nouvelles techniques après vingt ans de pratique, et avec qui je m'entends mieux. Mais parfois je m'interroge sur l'intérêt de tout ça. Puisque je me suis mise à faire des vraies crises de panique depuis que je la consulte. Encore une fois sans raison apparente, sauf à chercher du côté du transgénérationnel, ou à des traces de choses vécues dans la toute petite enfance. Ou de la suggestion.

Parfois j'ai envie de dire, on ne guérit pas de la vie, c'est une longue maladie à l'issue fatale. Smile
Chacun de nous doit apprendre à vivre avec ses symptômes peut-être, en les apprivoisant par les TCC, en les décortiquant avec la psychanalyse, en rigolant avec ses potes, en créant des choses... La méthode a peu d'importance au fond... Et je crois que Freud, qui avait sûrement des raisons intimes pour mettre au point la psychanalyse, serait sûrement d'acord...

Bises Wink [/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoé

Zoé

Féminin Nombre de messages : 320
Localisation : Brossard Québec
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: Pour poissonette   Ven 16 Sep - 21:23

Bonjour Poisson,

Tu dis : "En attendant, la psychanlyse est à la mode, ça fait bien de dire "je suis une analyse". Les personnes que je connais qui font des analyses n'ont pas de problème particulier..."

Justement elle n'est pas à la mode...Et puis...Je ne savais pas que ça faisait bien. Je reçois plutôt : "Pourquoi fais-tu ça ? Tu vas encore moins bien qu'avant. Comment expliquer que je me sens plus "moi" même si je suis plus triste. Et que je peux me sentir "bien" même si je suis triste parce que je me mésadapte, je rembobine le film...que je suis contente de me "déconstruire" pour me re-construire selon "moi" et pas ce que l'on a voulu que je sois..."

Non ça ne fait pas bien Poisson, ça fait bizarre, ça dérange et non, le psy n'enlève pas la douleur, il permet justement qu'elle émerge car au-delà de la douleur, il y a le désir, il y a "soi"....Ce petit tas d'argile dont il ne reste plus que l'âme et qui se reconstruit peu à peu avec Amour....pas avec les mots...Les mots ne sont qu'un outil dans ce processus, comme les silences d'ailleurs.

Je suis d'accord avec la plage, les voyages, les amis, les croissants, les fleurs, l'air pur et tout ça. Tu as raison ! Mais pas du tout quand tu dis que les amis peuvent te permettre le même genre de cheminement. J'ai de merveilleux amis et c'est vrai qu'ils m'aident à cheminer mais en analyse, il s'agit d'autre chose...C'est une expérience de grande solitude que, personnellement je n'ai pas choisi pour le plaisir...même si parfois j'en retire beaucoup de plaisir et de bénifice, après certaines périodes assez douleureuses...

Un bon psy n'est effectivement pas un magicien, heureusement...et je ne crois pas que l'argent soit sa seule motivation. Actuaire est pas mal plus payant...ou politicien...mais je m'égare...

Efficacité ? Souvent l'analyse se trouve à être "le dernier recours" On aura essayer toutes sortes d'approches, techniques, recettes...Alors pas surprenant que les résultats soient difficile à évaluer. D'autant plus que son rôle n'est pas de soulager les symptômes mais de faire connaissance avec soi. Peut-on guérir d'être "soi" ou apprend-on à vivre avec soi ?

Ce sera tout pour le moment...mais y a tellement plus...

Bon week-end !

Amicalement, Zoé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
poisson

poisson

Féminin Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: Pour poissonette   Ven 16 Sep - 21:59

rebonjour,


Si la psychanalyse c'est apprendre à se connaitre, c'est bien superficiel. C'est bien ce que je dit, c'est du snobisme. C'est vrai qu'on ne se connait pas vraiment bien. Si on a jamais monté l'everest, on ne sait pas si on en est capable ou pas. Si on a jamais flashé sur un homme pendant le mariage, on ne sais aps si on est capable de résister au cocufiage...etc... Ce sont les fait qui nous apprennent ce qu'on est. J'ai du mal à croire que la psychanalyse nous permette de répondre à ces questions, mais bon, peut être, à force de parler de soi, on fini par découvrir des choses, je veux bien.

En tout cas, si c'est ça sa seule utilité, c'est bien futile. Par contre, si elle pouvait guerir les souffrances, là ça vaudrait le coup, mais j'en doute fortement vu les analyses récentes de l'inserm. Bon comme le dit colibri, ça vaut le coup de tout essayer. J'imagine très bien une personne sans aucun contact dans la vie qui aurait du plaisir à papotter avec quelqu'un en le payant, une oreille attentive, ça fait du bien. Mais pour tous ceux qui ont des amis, je ne crois pas que ça vaille le coup.

Pour trancher ce genre de discution, il faudrait des analyses sérieuse sur la question. Mais imaginez vous tous ces psychanalystes au chomage si on disait que c'est des charlatants, tous ces gens qui cottoyent le gratin. Parce que oui, une analyse, tout le monde ne peux pas se la payer, alors les psychanalyste ne cotoyent pas des rmistes dans la majeure partie des cas. Donc ils ont de l'influence. Il peuvent se permettre de boicoter des recherches là dessus, c'est d'ailleurs ce qui s'est passé pour le rapport de l'inserm, il a été mis au rencard par le ministre. Enfin, vous allez dire que je fais de la paranoia, non non, je suis schizo, lol.

amitié à tous et à toutes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingrid
Invité



MessageSujet: Re: Pour poissonette   Ven 16 Sep - 23:24

Bonsoir à Toutes et Tous


Zoé, je disais que la souffrance ne se mesure pas, car elle est subjective. Pourquoi ?
Parce je pense que c’est la souffrance de chacun(e) qui est à entendre, l’empreinte/la trace laissée, et ce qu’il yait acte ou pas, et ce quelque soit l’histoire, le vécu, quand, comment.
Pour moi, il n’ya pas de petites et de grosses agressions (Poisson), mais des souffrances et leur impact sur les personnes.

La psychanalyse n’est pas réservée Poisson aux personnes qui ont des petits bobos, mais les personnes qui désirent consulter c’est pour une souffrance, et ça n’a rien avoir avec un effet de mode ou pour dire « je suis en analyse ».
Un problème de couple qui peut te sembler bénin peut dissimuler pour la personne une profonde souffrance.
Aussi, on peut aussi se rendre compte que la raison pour laquelle nous commençons une analyse n’est pas toujours forcément celle de notre désir d’analyse.
Il est vrai qu’un(e) psychanalyste ne donne pas de conseil, et pour cause il/elle te laisse entendre ton propre désir. Si ça c'est du superficiel, où allons nous alors?
Tu comprendras pourquoi j’insiste quand je parle de Sujet.
La psychanalyse ne guérit pas. Elle n'est pas médicale.

Je pense qu’être en analyse n’a rien avoir avec des théories, comme semble le penser aussi le Livre noir parmis les bêtises que les auteurs ont pu dire quand il parle de la psychanalyse.
Un(e) psychanalyste qui aura fait une analyse qu’il/elle aura suffisamment poussée sera en mesure de ne pas te plaquer une quelconque théorie, pour entendre ta souffrance singulière et ce que tu es en tant qu’individu à part entière.

Ma psychanalyste que j’ai choisi ne s’en met pas plein les poches et je vois bien aussi où elle vit, car son cabinet est chez elle.
J’ai pu discuter avec ma psychanalyste du tarif de mes séances avec une limite bien entendu.
Tu sais, j’ai un petit salaire, et je paye ma psychanalyste.
C’est un choix important de payer ou pas ses séances et combien aussi. J'ai pris la décision de payer mes séances et ça représente quelquechose pour moi. C’est symbolique et c’est important qu’elle garde sa place de psychanalyste.
Ce que je donne et peut apporter à ma psychanalyste c’est aussi parce qu'elle peut accueillir le poids de mes maux.
Je sais aussi ce que c’est de ne pas payer ses séances, car je voyais avant un psychologue et je ne payais pas mes séances pour des raisons personnelles.

Je suis ok avec Zoé, la psychanalyse n’est pas à la mode.
Je dirai plutôt qu’elle est mal vu, qu’elle dérange, fait peur. Pourquoi ?
Selon moi, parce qu’elle est en décalage avec cette société qui tue le Sujet comme je le disais? qui désire nous uniformiser, nous noyer dans le paraître, dans la performance, l’urgence.
Et ce au profit justement de certaines thérapies en vogue qui cherchent à nous reprogrammer, à modifier nos comportements pour nous conditionner à vivre dans cette société de l’image. Pour moi, c’est bien loin de la connaissance de soi.


Poisson, je ne peux pas te rejoindre quand tu persistes à te réduire à une maladie et je te le dis en toute amitié.



Amitiés
Ingrid
Revenir en haut Aller en bas
Colibri

Colibri

Nombre de messages : 243
Date d'inscription : 24/08/2005

MessageSujet: Re: Pour poissonette   Sam 17 Sep - 11:00

Oui, c'est vrai tout le monde ne peut pas se payer une psychanalyse, et d'ailleurs tout le monde n'a pas forcément envie de le faire. Et puis beaucoup de gens ne comprennent pas bien ce que "les psys" peuvent faire pour eux, le psy fait toujours un peu peur...

Au point où j'en suis je sais que je ne recommenderai certainement pas la psychanalyse à tout le monde. Parce que c'est long parfois pénible et déstabilisant ; si on le fait il faut le faire en étant éclairé sur ce que c'est vraiment.

Alors que le lien social, je le recommenderai à tous.

D'ailleurs j'ai lu récemment que ce qui aide beaucoup pour les maniaco-dépressions c'est ce qu'on appelle les "thérapies du rythme social", où l'on encourage les gens à rester insérés dans la société, travailler, avoir des amis, des activités...

Si la psychanalyse sert à s'enfermer dans le respect d'un dogme et dans le prosélytisme, ça ne me plait pas du tout, ça aurait plutôt tendance à me mettre en rogne, et même ça me fait m'interroger sur ce qui motive profondément cette défense passionnée ("je cherche à me convaincre à travers les autres du bien-fondé de ma démarche" ???). Ce qui me plait plus dans la psychanalyse, c'est le côté "j'apprends à être souple et dans la voie du milieu", "j'apprends à m'autoriser la liberté donc à respecter la liberté des autres". Mais bon chacun cherche son chat et on trouve ce qu'on cherche...

Bon week-end Wink

http://www.psychologies.fr/cfml/dossier/c_dossier.cfm?id=1881
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sigmund
Rang: Administrateur
Sigmund

Masculin Nombre de messages : 505
Age : 28
Localisation : Versailles
Loisirs : littérature-psychologie
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: une réponse ...?   Sam 17 Sep - 20:42

A tous

En lisant tous vos post, aussi pertinents qu'intelligents, je pense qu'il y a mélange entre deux problêmes.
A savoir :
- la psychanalyse et ses limites,
- l'exercice de cette derniére par les psychanalystes ou ceux qui se prétendent tels.
Et nous le savons bien, si des cures ratent, c'est souvent à cause de la médiocrité de certains analystes !
Ce que nous devons dénoncer.
C'est un peu le but de ce forum et de mon site qui suivra, sous la forme d'une association informelle.

Bon dimanche et bonne semaine Smile

Sigmund sunny

_________________
Espérez ce qu'il vous plaira..( J LACAN ) Télévision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingrid
Invité



MessageSujet: Re: Pour poissonette   Sam 17 Sep - 22:56

Bonsoir Sigmund farao


Je pense qu’une personne ne peut pas être psychanalyste et se croire psychanalyste en même temps.

Ce qui pour moi est plutôt problématique ce sont les professionnel(le)s de la psychologie qui reçoivent des personnes en souffrance sans avoir étaient eux/elles même voir d’abord en eux/elles.


Bon dimanche à toi aussi
Ingrid
Revenir en haut Aller en bas
Laure



Nombre de messages : 11
Localisation : Saint Leger des Vignes (44)
Date d'inscription : 24/06/2005

MessageSujet: Re: Pour poissonette   Dim 18 Sep - 10:40

Bonjour Ingrid,

Il me semble qu'il y a tout de même confusion : de très reconnus psychanalystes sont psychologues cliniciens de formation, même si la majorité des psychanalystes reconnus est de formation psychiatrique et que certains, beaucoup plus rares, n'ont pas de formation en psychologie ou en psychopathologie. Mais ces derniers cas sont très rares.
Ceux que vise la loi Accoyer, ce ne sont pas ceux là, en aucun cas ils ne sont concernés, renseigne toi, ça t'enlèvera tes craintes.
Ceux qui sont concernés, ce sont les psy autoproclamés, thérapeutes qui prétendent soigner par la méditation, le rebirth, la peinture, etc. etc : l'imagination et la crédulité humaine n'ayant pas de limites. A Nantes, près de chez moi, il y a une plaque de psychanalyste qui pratique aussi des "bio thérapies" (kézako?)..... Ces personnes ne doivent plus exercer et en ce sens, la loi Accoyer est une bonne chose même si elle ne ressoud pas tous les problèmes comme celui des généralistes en mal d'honoraires et qui n'ont pas de formation en psychologie dans leur cursus, qui voient venir vers eux des personnes en souffrance et qui continuent et continuent à les recevoir semaines après semaines pour des entretiens en prétendant les soigner... si la parole peut soigner, elle nessecite d'avoir des connaissances théoriques - et avoir lu Freud ou Lacan ne donne pas ces conaissances... Sais tu que les spécialistes de la psy des adolecents considèrent qu'actuellement, 20% des suicides des ados seraient dûs à des dépressions non diagnostiquées ou pas suffisamment prises au sérieux par les généralistes ? La loi Accoyer ne fera rien pour eux... alors tu vois, elle n'est pas si dangereuse...
Comptons sur les professionnels de la psychanalyse et de la santé mentale pour ne pas laisser dériver cette loi mais nous ne sommes tout de même pas dans un pays communiste type ex URSS ou Cuba, il ne faut pas exagérer, c'est beaucoup de bruit pour pas grand chose dans un tout petit microcosme : combien de "psys" ont-il été obligés de cesser d'exercer depuis la loi accoyer ? Les chiffres sont si faibles qu'on ne sait même pas si existent alors... tu peux dormir tranquille Ingrid Very Happy
Par ailleurs dans ce que tu écris, tu sembles négliger que bon nombre de psychologues cliniciens, à une obligation de travail personnel qui si elle n'est pas sanctionnée par un examen, est toutefois indispensable, pratiquement, à l'obtention du DESS, c'est le cas par exemple à Paris V pour les psys cliniciens et à Paris VII.

Pour Sigmund,

Je suis d'accord avec toi mais je crois aussi que si les cures ratent, c'est que certaines ne sont pas indiquées (cas limites, personnalités narcissiques ou obsessionnelles à la limites de la paranoïa etc) et que d'autre part, tout le monde ne peut pas faire un analyse mais ce n'est pas très politiquement correct de le dire.

Bon dimanche à tous sous le soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingrid
Invité



MessageSujet: Re: Pour poissonette   Dim 18 Sep - 12:23

Bonjour Laure


Non, je ne pense pas confondre.
Peut-être ne sommes-nous pas d’accord sur le sujet tout simplement, et comme souvent?

Je ne vois pas ce que ça change à ce que je disais sachant que certain(e)s psychanalystes sont psychologues cliniciens de formation. Je ne vois pas où est le problème ? En tout cas, le danger pour moi ne vient pas de là.

La loi Accoyer vise aussi les psychanalystes.
Ce n’est pas moi qui le dit, mais certain(e)s psychanalystes eu/elles mêmes.
Je pense que le danger vient plus des professionnel(le)s qui n’ont pas suffisamment travailler sur eux/elles.
Je ne comprends pas pourquoi de ce fait le pouvoir désire à tout prix de une garantie validée par un diplôme ou une école…, du tout médical ? Je ne peux pas être ok avec ça et pour tout ce que j’ai pu dire avant dans mes autres messages.

Je me suis renseignée et j’ai bien entendu dire que pour les psychologues et les psychiatres rien ne leur interdisait d’exercer sans avoir fait un travail personnel, alors que pourtant c’est essentiel à mon avis.

Cette personne dont tu parles qui pratique des bio-thérapies et qui a posé une plaque de psychanalystes ; eh bien comme je le disais certain(e)s se croient psychanalystes, alors que c’est peut-être plus une résistance de leur part.
C’est inacceptable ces personnes qui salissent la réputation des psychanalystes qui méritent leur place et qui ont suivi une formation solide et ont poussé loin leur travail personnel.
Parce que tu comprends Laure les connaissances théoriques ne suffisent pas et je pense que c’est même dangereux de plaquer une théorie sur un(e) personne, tout comme un diagnostic.

Penses-tu vraiment que ces succides dont tu parles sont dû à des dépressions non diagnostiqués ?
Ces personnes étaient en grande souffrance et comment sais-tu que leur geste était dû à un non diagnostic ; est-ce la raison de leur geste ?

Je maintiens ce que je disais concernant les diagnostics.

Comme j’en ai déjà parlé ailleurs (tu le sais), j’ai un oncle qui a été diagnostiqué maniaco-dépressif et qui malgrè sa prise de médicaments ça ne l’avait pas empêché de faire une tentative de succide.
Je pense que le succide est un sujet délicat et que les personnes sont en grande souffrance.
Je peux te dire aussi encore que contrairement à ce que pense ma famille pour se voiler la face comme tant d'autres choses, que sa souffrance n'est pas sans ses gênes.



A bientôt
Ingrid
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour poissonette   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour poissonette
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Moments difficiles pour nos vieillards!
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» Cherche un échappement akrapovich pour RMZ 450 2009
» Pour l'histoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TOUT EST PSY.... :: psy ..cause ..toujours!-
Sauter vers: