TOUT EST PSY....

Echanges, débats, sur la psychologie, la psychanalyse et les psychothérapies
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une Lacanerie...

Aller en bas 
AuteurMessage
Sigmund
Rang: Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 505
Age : 28
Localisation : Versailles
Loisirs : littérature-psychologie
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Une Lacanerie...   Dim 25 Fév - 1:05

Bonjour à tous



Intéressant ton histoire de transfert circonférentiel, France. En réponse, cela me rappelle une anecdote sur les quatre discours
Lacan m’avait invité à faire du pédalo dans la baie des Canoubiers, à St-Tropez, non loin de son hôtel. Il avait pour moi une particulière affection ! Nous dérivions, entre voiliers et autres yachts, l’esprit vagabond, goûtant aux joies du farniente, sur cette mer d’émeraude, dans la tiédeur d’une journée ensoleillée. (C’est beau, hein !)
Il avait toujours sa petite boite de cigares tordus, qu’il tira d’une musette kaki « US ARMY », marchandée dans les surplus…
- Merde, dit-il, il ne m’en reste plus qu’un. Croyez vous qu’il y aurait un marchand dans ce fichu bled ?
- Ca m’étonnerait, mais les vôtres (des Punch Culebras !) en plus, ont le label Lacan… la belle Lacan, me gaussais-je…
- Arrêtez avec vos jeux de mots à la con et pédalez plus vite !
Il était courroucé.
- Mais, Maître, c’est toujours moi qui pédale !
- Des quatre discours, vous êtes l’Hystérique et moi l’Universitaire. Alors pédalez !
- Oui, Maître.
- Et ne m’appelez plus Maître !
- Bien, Maître !
Puis il se tut. J’en profitai pour lui poser une question relative à son enseignement et qui me tenait à cœur.
- Dans un de vos séminaires (l’instance de la lettre dans l’inconscient), vous dites « avant la seconde propriété du signifiant de se composer selon les lois d’un ordre fermé, s’affirme la nécessité du substrat topologique dont le terme de chaîne signifiante dont j’use d’ordinaire donne une approximation… ».
Je le regardais, il n’écoutait pas et s’était assoupi quand soudain il sursauta : Là ! me cria-t-il en me montrant du doigt un yacht de rêve.
Ce splendide bateau mouillait à quelques encablures, majestueux, immobile sur cette mer d’huile, d’une blancheur immaculée, virginale, dans l’éther infini que seul le vol des oiseaux striait et déchirait de zébrures colorées. (C’est encore plus beau, hein !)
Il me cria : « Approchez vous du bateau », puis arrivé tout près il se mit à hurler : « C’est Lacan, demandez à Narcissopoulos (le milliardaire patron du yacht) s’il n’aurait pas une boite de mes cigares à m’avancer… ».
Quelques instants après, un marin dans une tenue impeccable tendit du haut du pont une corde au bout de laquelle était nouée une boite en bois précieux. Lacan s’en saisit, son visage s’illumina, il eut du mal à défaire le nœud, ouvrit la boite, puis il l’enfouit dans son sac.
Ah les nœuds, lui dis-je pour faire diversion, qu’ils soient Borroméens ou autres… Il me fusilla du regard : « Maintenant retournons au port ». Puis rompant le silence, il dit : « Ce radin de Narcissopoulos ! plus riche que moi et que j’avais pris en analyse, il ne payait jamais, il n’est pas près de revoir ses cigares ! »
Impossible de passer à St Trop sans boire un verre chez Sennequier, sur le port, si l’on veut être vu !
- Vous allez bien me payer quelques chose au comptoir, me dit il et sans que j’ai eu le temps de répondre, il s’adressa au serveur : « Pour moi, ce sera un grand verre de Château Pétrus bien frais ! » Il le siffla d’un trait, me gratifia d’une tape sur l’épaule : «Demain 17heures, rue de Lille… » Enfin il traversa la route, monta dans une vieille fiat 500 garée de travers, en double file… puis disparut dans une pétarade accompagnée d’un nuage de fumée noire ! J’eus une petite déprime à la pensée que mon sujet « supposé savoir » disparaissait, mais l’addition me ramena au principe de réalité, l’imaginaire je vous l’offre, quand au symbolique, un jour sûrement.. (RSI)
size=12]Je ne me souviens plus quel était le sujet de ce post, je l’ai donc classé dans « Théorie et pratique du concept langagier du parlêtre Lacanien dans la chaîne des signifiants »[/size]
size=12]Amitiés,[/size]

Sigmund

PS : Au cas ou un psy Lacanien s’égarerai sur ce forum minable il y a d’excellents sites à la rubrique football ou vélo.

_________________
Espérez ce qu'il vous plaira..( J LACAN ) Télévision.


Dernière édition par le Dim 25 Fév - 20:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
France

avatar

Féminin Nombre de messages : 53
Age : 64
Localisation : Besac...
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: Re: Une Lacanerie...   Dim 25 Fév - 20:19

Very Happy



Salut Poète de l’instant
parlant …


Je ne savait pas que tu avais vécu (en dehors de l’analyse)
des moments d’échange relationnel avec Lacan.


Tu étais déjà journaliste à cette époque ? Et dans ce
cadre ?ou amitié proche ?


Pour le’’ château Pétrus ‘… ? T’avais la monnaie … ?????????Wink shaking


Je ne savais pas que Lacan avait un caractère de ‘’cochon’’ ?
confused Dans ses vieux jours .sourire !Cool


J’aime bien ton anecdote…elle est sincère !I love you


Je peut te posé une question Sigmund ?pourquoi tu
utilises l’encre noir (depuis quelques temps) ?toi qui aime le bleu ?batman



Amitié


France Claudine !salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une Lacanerie...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TOUT EST PSY.... :: Le café des amis-
Sauter vers: