TOUT EST PSY....

Echanges, débats, sur la psychologie, la psychanalyse et les psychothérapies
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 dépendance affective

Aller en bas 
AuteurMessage
mathilde



Nombre de messages : 131
Localisation : France, Normandie
Loisirs : balades nature , musique , lecture, écriture
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: dépendance affective   Mar 14 Mar - 14:42

Qu'est-ce exactement que la dépendance affective?

Comment se manifeste-elle?

A quoi s'oppose-t-elle dans l'idéal? Quel manque révèle-t-elle chez l'individu qui en est atteint?

Est-elle le privilège de la jeunesse ou du troisième âge?

Comment la distinguer d' amours ou d' amitiés passionnés "normaux "?

Voilà... Je vous ai posé les question d'un jeune ami qui n'a pas internet chez lui et je lui transmettrai les réponses, avec ses remerciements anticipés... Moi j'avoue que je ne sais pas... J'ai des amitiés passionnées et fidèles et des amours exclusifs et persistants. Peut-être suis-je une dépendante affective aussi.

Amitiés autonomes!
Mathilde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soleille

Soleille

Nombre de messages : 321
Date d'inscription : 03/07/2005

MessageSujet: Re: dépendance affective   Mar 14 Mar - 15:02

Bonjour Mathilde et bonne fête flower !

La dépendance affective ,c'est prendre un autre pour son obligé.Rien de ce que l'autre ne me (impersonnel) donne pas dont essentiellement son temps qu'il passe ailleurs et avec d'autres n'est concevable pour moi.

Alors le dépendant affectif souffre car il ne formule pas directement sauf à faire des "crises".
Alors paradoxalement,des instables affectifs qui abandonnent de peur d'être abandonnés.Ils souffrent d'un sentiment abandonnique.

Début de tri dans toutes tes questions,bien-sûr!

Re bonne fête, flower

sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mathilde



Nombre de messages : 131
Localisation : France, Normandie
Loisirs : balades nature , musique , lecture, écriture
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: dépendance affective   Mar 14 Mar - 15:53

Merci Soleille..

Ah...Le dépendant ne peut pas supporter que l'autre ait une vie et des loisirs ailleurs? Il est fusionnel ou c'est pire que ça?

Est-ce que cela a des rapports avec la "cristallisation" selon Stendahl, une forme de fixation envahissante amicalo-amoureuse -passionnée que cet auteur romantique range dans l'Amour avec un grand A? ( du genre qui " me"(impersonnel) pose en ver de terre amoureux d'une étoile avec sérénade et soupirs..ou mails récurrents?) Ce serait plaisant à vivre , ces affres-là, toujours d'après Stendhal...ça m'aurait tentée si je n'avais pas été trop sceptique pour y croire...

Que fait-il, le dépendant (la bernique scotchée au rocher), pour que l'autre (le roc) devienne son obligé?

Quel genre de crise fait-il?

Dit-il qu'il n'est pas assez aimé, considéré? Se plaint-il en face? ou coupe-t-il les liens directement sans s'expliquer?

Et si c' était vrai, objectivement , que l'autre (le rocher) ait des torts, qu'il manque réellement d'empathie?.. Ce n'est pas parce que l'un est dépendant que l'autre est forcément suffisamment chaleureux! On reste des humains.

Est-ce que les dépendants se trouvent justement pour amis des gens ingrats avec lesquels ils auront des difficultés? Pour que leur désir excessif de fusion ne puisse pas être comblé? Est-ce qu'ils s'arrangent pour être finalement rejetés?

Pourquoi cette conduite d'échec?

Est-ce que la culpabilité du rocher, qui s'attendrit sous les remords , renforce la dépendance de la bernique?

Est-ce que ce genre de bernique se donne paradoxalement des allures autonomes, peut agir en garce ou en macho? A quoi le démasque-t-on, qu'est -ce qui sonne faux chez lui?

Enfin...Comment se guérir si l'on est la bernique?Comment le guérir, peut-on continuer à le fréquenter pour l'aider si l'on est le roc?

Merci

Mathilde
(Je rappelle aux gens du centre que la "bernique ou chapeau chinois est un petit animal conique acroché aux rochers sur la plage )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colibri

Colibri

Nombre de messages : 243
Date d'inscription : 24/08/2005

MessageSujet: Re: dépendance affective   Mar 14 Mar - 18:09

Le grand classique sur le sujet c'est "Ces femmes qui aiment trop" de Norwood bien que ça concerne aussi bien les hommes.

Les dépendants affectifs mettent les besoins des autres avant les leurs, ils ont souvent eu une enfance où ils étaient les parents de leurs parents et continuent à agir ainsi une fois adulte avec ceux qu'ils aiment, au lieu de chercher à satisfaire leurs propres besoins d'abord ; ils vivent à travers les autres.

Ca se soigne.

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sigmund
Rang: Administrateur
Sigmund

Masculin Nombre de messages : 505
Age : 28
Localisation : Versailles
Loisirs : littérature-psychologie
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: dependance   Mar 14 Mar - 18:59

Bonjour Mathilde Smile

Je crois qu'il faudrait relire Sandor Ferenczi, ce grand psychanalyste, qui voyait dans le traumatisme de la naissance,ou le petit de l'homme passait de la béatitude du liquide amniotique chez la "Mére" à la réalité du monde ,et son combat pour sa survie..la source de bien des maux..
Nous sommes tous des être " d'affect" et tous forcèment dépendants
Mais c'est dans la distance que l'on met entre soi et autrui, qui permet de trouver un équilibre..
C'est dans nos relations amoureuses, sociales, professionnelles,confessionnelles que l'on se met à l'abri! "Ni trop prés ni trop loin disait Freud" et c'est vrai!
C'est le travail de la vie!
Quand aux "retardés" psycho-affectifs c'est une autre affaire qui rèléve de la pathologie..

Amitiés Smile

Sigmund

_________________
Espérez ce qu'il vous plaira..( J LACAN ) Télévision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marielaine

marielaine

Féminin Nombre de messages : 255
Age : 65
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: de Marielaine :à tous ...   Mar 14 Mar - 21:10

Citation de : Colibri
<<Ca se soigne>>
Réponse :
si sa ce soigne cela signifie que c’est une « « maladie » » par définition !?

Me concernant, je considère que c’est un état de fait, et je rejoins ce qu’a écrit Sigmund. Laughing
Very Happy Et puis, il n’y à pas de mal… à ce faire du bien !!(Comme dit l’expression) thumright
L’amour amitié, sa me conviens parfaitement, dans l’équilibre.
Je rajouterais néanmoins,que tant que cela est vécu dans la capacité de maîtrise… ,n’est ce pas la plus belle preuve de :::::!! Wink :

Amitiemoureusement maîtrisée.. colors

Marielaine !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soleille

Soleille

Nombre de messages : 321
Date d'inscription : 03/07/2005

MessageSujet: Re: dépendance affective   Mar 14 Mar - 22:12

Bonsoir à tous,

La bernique extrême met le roc sous sa dépendance affective,celle-la même qu'il réclame en retour.C'est la première étape:le piège.La bernique fonctionne rapidement sur le mode du chantage ou/et le rejet de la faute sur le roc,le culpabilisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colibri

Colibri

Nombre de messages : 243
Date d'inscription : 24/08/2005

MessageSujet: Re: dépendance affective   Mer 15 Mar - 0:22

Hm... la dépendance affective ou co-dépendance c'est un truc précis. Dont j'ai souffert, évidemment.

C'est par exemple la femme qui sacrifie sa vie, sa carrière, ses aspirations les plus intimes pour le bien-être de son mec ou de ses enfants. Modèle culturel traditionel ? Sauf que la personne vit par procuration et s'attend à de la récompense en échange, sauf que les enfants apprennent globalement par imitation ; si maman n'est pas heureuse, comment peut-elle espérer que les enfants seront heureux ? Sauf que la personne est toujours déçue.

La solution ; assumer ses besoins essentiels. J'aime chéri et les gosses, oui, mais j'admets que j'ai besoin de temps pour moi. Et, ô, surprise, la plupart du temps, chéri et les gosses sont soulagés que maman (ou papa) prennent du temps pour s'éclater.

Encore une notion qui n'est pas psychanalytiquement correcte, mais que d'autres prennent en charge Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soleille

Soleille

Nombre de messages : 321
Date d'inscription : 03/07/2005

MessageSujet: Re: dépendance affective   Mer 15 Mar - 1:19

Et pourquoi ne serait-ce pas psychanalytiquement correcte?Au contraire:la psycha prône le détachement et c'est une erreur que de se faire indispensable.
C'est bien là une visée de la psycha:ne pas se faire indispensable.
Tout un travail.

Amitiés,

sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colibri

Colibri

Nombre de messages : 243
Date d'inscription : 24/08/2005

MessageSujet: Re: dépendance affective   Mer 15 Mar - 10:37

Parce que si j'ai bien compris, Soleille, ce n'est pas une étiquette psycha... D'ailleurs selon Norwood beaucoup de professionnels de la santé souffrent de dépendance affective et sont de ce fait trop impliqués dans un désir de guérison de leurs patients, qui peut être perçu comme agressif Wink

Bises flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soleille

Soleille

Nombre de messages : 321
Date d'inscription : 03/07/2005

MessageSujet: Re: dépendance affective   Mer 15 Mar - 13:10

Ave Colibri.

Que beaucoup de professionnels souffrent de dépendance affective,c'est certain.Se soigner à travers les autres tout comme ceux qui entrent en religion et pansent les plaies des autres,leurs propres plaies.(et voir certains forums où tant de conseils sont dispensés par des qui sont des écorchés vifs;tu pourrais penser qu'ils sont "rocs" alors qu'ils sont "berniques"-Ils bernent- merci à Mathilde pour son image-)

Ce qui est dur sur le divan,c'est de croire que le psy va te trouver des solutions.Ce qui est limpide en quittant le divan,c'est que tu sais que le psy n'est pas Dieu ni personne, d'ailleurs.
Je pense que l'analyste (analysé pdt des années et des années)n'est plus un dépendant affectif s'il l'était.
Car qui ne l'est pas un peu ? (cf propos Sig et Marielaine) et..... ça se soigne!(cf:toi).

Bises

sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoé

Zoé

Féminin Nombre de messages : 320
Localisation : Brossard Québec
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: dépendance affective   Jeu 16 Mar - 16:15

De quoi sommes-nous dépendants en réalité ?

Personnellement, je crois que toute relation qui suscite en nous un inconfort, un malaise, qui va au-delà de ce que "le gros bon sens" considère comme "viable", et que nous cherchons malgré tout à maintenir, est une relation de dépendance affective.

Nous sommes alors dépendants de nos propres désirs. Nous cherchons à combler nos manques "avec la mauvaise personne", celle qui les alimente plutôt que celle qui répond à nos désirs, à nos besoins de base.

À mon avis, l'indice d'une relation "saine" est celle qui nous permet de nous épanouir, de nous accomplir, d'aller au bout de soi "avec" l'autre, dans le quotidien. Quand 80% de la relation semble juste et saine...Le 20% peut être "travaillé" en équipe, en complices !

Personne n'est parfait, aucune relation n'est idéale mais celles qui nous maintiennent dans l'inconfort sont discutables, évaluables et rejetables !

En fait, il s'agit alors d'une dépendance à "soi", au connu, à cet inconfort maintenu par peur de la nouveauté : celle de la liberté d'être, de se connaître, de s'aimer réellement. C'est un manque d'empathie envers soi-même, un manque d'estime de soi !

Le plus dépendant n'est pas toujours celui qui paraît l'être le moins !

C'est souvent celui qui cherchera immédiatement une autre relation, une multitude d'activités, pour ne pas ressentir le vide, les souffrances vécues par la rupture d'une relation, par une perte quelconque. On dira qu'il est résiliant alors qu'il ne peut tout simplement pas vivre ses deuils, ses émotions douleureuses.

Tout comme celui ou celle qui souffre d'immobilité face à sa propre douleur, face à son inconfort permanent!

Tout est une question d'oscillation à mon avis entre l'illusion, à laquelle personne n'échappe; le Moi n'étant pas maître dans sa maison, et la réalité à laquelle nous sommes confrontrés d'une manière ou d'une autre, tôt ou tard.

À nous regarder aller sur cette planète...Ne serions-nous pas tous des dépendants affectifs, bien logés dans notre impuissance ?

Amicalement, Zoé Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soleille

Soleille

Nombre de messages : 321
Date d'inscription : 03/07/2005

MessageSujet: Re: dépendance affective   Jeu 16 Mar - 21:13

Bonsoir Zoé,

C'est juste car tout en nuances et fidèle à ta personnalité.

Il y a des degrés dans la dépendance affective et il me semble que Mathilde interrogeait sur la forte dépendance affective,celle qui t'englue venant de l'autre.

Amicalement et heureuse de t'avoir lue.

sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colibri

Colibri

Nombre de messages : 243
Date d'inscription : 24/08/2005

MessageSujet: Re: dépendance affective   Jeu 16 Mar - 21:31

Un article qui met bien les choses à plat :

http://www.redpsy.com/infopsy/dependance.html

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sigmund
Rang: Administrateur
Sigmund

Masculin Nombre de messages : 505
Age : 28
Localisation : Versailles
Loisirs : littérature-psychologie
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Zoé   Ven 17 Mar - 0:37

Tu me poses un probléme Chére Zoé Smile

Quand je lis tes post je me demande ce que je peux bien écrire aprés.
Tu me pousses de plus en plus vers la perfection!
Hé.. je ne suis qu'un petit homme tu sais!

Je t'embrasse Smile

Sigmund flower

_________________
Espérez ce qu'il vous plaira..( J LACAN ) Télévision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mathilde



Nombre de messages : 131
Localisation : France, Normandie
Loisirs : balades nature , musique , lecture, écriture
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: dépendance affective   Ven 17 Mar - 1:49

Merci Zoé, c'est très bien ce que tu écris là! C'est tellement toi.... Et les autres aussi sont très sages...
Mais on est parfois si ambivalent , désirant le beurre et l'argent du beurre, qu'on a peur de mettre fin à une relation amicale ou amoureuse qui a des côtés satisfaisants, relation jugée avec l'habitude comme juste un peu désagréable, ou peu épanouissante dans certaines circonstances seulement . Les 80 % de positif sont difficiles à établir formellement. Et puis on aime parfois mieux vibrer dans un sens négatif que de s'ennuyer sans persécuteur/ persécuté.

Deux époux de 90 ans se présentent devant le juge des divorces:
-Mais enfin, à votre âge, êtes - vous sûrs de vouloir reprendre votre liberté, sûrs que ce ne soit pas un caprice?
-Oh non, cela fait des années que la mésentente..
- Ah? mais alors pourquoi avoir attendu ce moment ? pourquoi justement maintenant?
- On attendait que les enfants soient tous morts!

Ceci dit , moi, je fuirais les dépendants affectifs, par précaution , AVANT de m'y attacher, et c'est le conseil que je donnerais à mon jeune ami, celui qui m'a posé la question...
Seulement la question était aussi" A quoi les reconnaît-on?". Au mal-être, à l'incomplétude éprouvés à leur côté? On peut être mal à l'aise avec des gens qui ne sont pas des dépendants affectifs, loin de là, qui sont plutôt des "chieurs" indépendants au contraire, et parfois les dépendants affectifs nous semblent serviables et gentils, tellement prévenants et empathiques dans un premier temps.

Donc on peut se trouver piégé, à aimer quelqu'un qui ne vous convient pas ou plus. Statégie devant ce dépendant qui vous obsède de sa présence? la fuite courageuse, avec un minimum de discussion par écrit, à mon humble avis...
Et si - pire encore, ouh là là- c'est soi -même qu'on surprend en position d'attente, de dépendance affetive à autrui? Je ne sais pas s'il faut changer brutalement quelque chose à sa vie, et sabrer la relation perverse...ou la laisser changer et s'éloigner doucement de la zone passionnelle, sans en faire une histoire, ce qui est la marque des amitiés et amours adultes. Il existe des stratégies efficaces comme de s'obliger à différer les visites, les réponses de courrier... se distraire,voyager en dehors de sa sphère et connaître d'autres gens et d'autres attitudes envers la vie. Et aussi... Se remettre en question soi-même, au besoin chez un psy s'il n'est pas facile de voir ce qui nous manque et qu'on rencontre chez l'autre... autrement faire tout pour l'obtenir si le manque est assez évident...
Amicalement
Mathilde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mathilde



Nombre de messages : 131
Localisation : France, Normandie
Loisirs : balades nature , musique , lecture, écriture
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: dépendance affective   Ven 17 Mar - 2:34

Merci colibri...
J'ai trouvé cette liste dans un des articles cités par Colibri...Tout serait à lire ou relire mais cette liste résume en quelle direction aller pour se sentir mieux, plus complet, plus autonome, ni infantile , ni dépendant... et j'ai été encouragée de voir tout ce que j 'étais déjà capable de faire,en théorie , et sans l'avoir appris, petite débutante que je suis encore (!)
Il faudra maintenant que je me mette à l'épreuve sur les travaux pratiques; j'ai une idée: arrêter un passant pour m'entraîner avant de passer aux choses plus sérieuses!

Je suis libre lorsque...

... je suis capable de te dire que je t'aime et que ton amour est crucial pour moi
... je peux risquer d'être ridicule pour faire ce qui me plaît
... j'oser montrer que je ne suis pas sûr de moi
... je suis capable de te demander de t'occuper de moi quand j'en ai besoin
... je suis capable d'avouer mon inconfort même devant des gens importants pour moi
... je supporte facilement la critique
... je suis capable de te montrer à quel point je te trouve attirant
... je prends le risque de demander des critiques
... je suis prête à t'avouer mon amour sans être certaine de tes sentiments

Je ne suis pas libre lorsque...

... j'attends anxieusement que tu m'aimes
... je renonce à m'exprimer par peur du ridicule
... je bégaie par manque d'assurance
... je te manipule pour que tu t'occupes de moi
... je te cache combien tu me séduis
... je croule sous la critique
... je me haïs de rougir en m'exprimant
... j'ai besoin qu'on m'approuve mais je n'ose pas le demander
... je cherche à capter l'attention en faisant mine de rien
... je considère mes besoins affectifs comme infantiles
... je m'excuse lorsque tu n'aimes pas ce que je ressens

Bien amicalement, soyez sûrs tous et toutes que je vous aime et votre amitié est cruciale pour moi.. enfin un peu cruciale... ça ira?
Mathilde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colibri

Colibri

Nombre de messages : 243
Date d'inscription : 24/08/2005

MessageSujet: Re: dépendance affective   Ven 17 Mar - 11:14

Euh... je n'ai jamais entendu parler de gens qui souffrent d'une relation avec des dépendants affectifs dont l'exemple type c'est la femme qui se met en ménage avec un toxico puis un alcoolique puis un dépressif etc. J'avais lu un autre bouquin sur les relations toxiques. Justement pour moi tout se situe au niveau de la relation (relationship en anglais) et de la communication.

Il me semble que le premier point c'est à quel point tu tiens à une personne et qu'est-ce que tu es prêt à faire pour conserver une relation avec elle sans que tu en souffres ?

Je suis toujours impressionnée par cette vérité qui est que lorsque je changes ma propre façon de faire, mes relations sont changées, et les autres se mettent souvent à changer aussi.

Je veux dire si tu traites l'autre en adulte en exprimant tes vraies émotions et tes vrais besoins, sur le mode de la non violence, l'autre va changer. Mais s'il ne change pas alors il faut peut-être partir.

Merci de ton amitié Matilde, je suis également ton amie et j'apprécie des posts qui sont un aiguillon pour aller plus loin dans la réflexion et la vérité de ses émotions. I love you

Bises Wink


Dernière édition par le Ven 17 Mar - 14:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marielaine

marielaine

Féminin Nombre de messages : 255
Age : 65
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: de Marielaine :à Mathilde   Ven 17 Mar - 13:00

En Réponse à Mathilde
Chère Mathilde, je me permets d’être surprise, de tes derniers postes, ou les précédents semblaient d’une autre teneure … (de ton assurance)
Comme quoi, les mots utilisés parfois nous trahissent …et donne à l’autre une compréhension différente de la réalité vécue sur le terrain !!!!
Oui Mathilde, les TP (travaux pratiques) c’est le plus difficiles de la réalité existentielles … il y à un temps pour la théorie, un tps pour les mettre en pratique, et tu es _peut-être_ (excuse moi, si je me trompe), à la charnière de ces deux axes …
Par expériences vécue, je me permet de t’en parlé, des TP, car cela dure en ce qui me concerne depuis 16ans ; ou de la théorie je suis passée au concret de les avoirs vécue ;et ressenties ceux des autres,…comme tu sembles, le vivre aussi.
Et ses’’ propres’’ à soi, mais les propres à soi, c’est ceux là de toute évidence qui nous situes réellement dans le concret, savoir si on se situe personnellement d’être capable d’y faire face …concrètement.
Et c’est le plus difficile !!!!Sa, oui alors crois ‘en mon expérience …
Pour te faire une confidence, je crois que je ne sais plus très bien ce que veut dire « « bonheur » » depuis de très nombreuses années, des petits moments de rire, d’humour, (heureusement qu’il est présent celui là) pour dire les choses plus facilement sans blessé qui que ce soi !!!!
Parfois même la dérision …mais le bonheur au sens où on l’entend, c’est-à-dire êtres en accord avec tout ce qui bouge … ce n’est pas une minsse affaire !!_même, si j’en maîtrise assez bien les éléments_
Quant à (l’amour…) dans une vie de couple, cela aussi je ne connais plus depuis 16/17ans !!!
Mais j’avait fait un choix, par rapport à un objectif, et il me fallais vivre le concret des TP pour se construire soi même, car une maison se fait qu’avec des fondations en proportions du chantier prévu !!!_on ne peut construire des fondations d’un cabanon, pour y poser un château _ (image), donc les années de T P¨sont en proportions, et certainement pas, sans souffrance, impossible. Mais sa c’est un autre sujet !!
Voilà ma chère Mathilde, ni ne veut te décourager, ni ne veut t’illusionner, mais tout dépend de l’objectif que tu tes fixé, toi seule le sais !
Je ne sait pas ce que tu fais comme métier, mais tout métier quelqu’un soi à ces bon côtés, et ces travers,
Et tu sembles en savoir quelque chose, ce que je n’avais pas trouver dans tes écrits précèdent, mais les écrits parfois sont là pour vouloir nous protéger d’un ????????
Sache que personnellement, sachant concrètement, par mes TP, ou je me situe, je reste ni en haut, ni en bas, car je me méfie du sommet comme de la peste …si je devait l’atteindre… je sait ce qui m’attend …donc être à la hauteur, ou ne pas être, si je n’ai pas les moyens !

C’est très jolie ce que tu as écrit, et n’oublie pas que : on t’aime nous aussi, sur ce forum …je le ressent comme cela en tout cas !Bises Normande chère Mathilde I love you
P s :
Je serais en Normandie, à Avranches le 15/16 avril, (voire ma maman)
De quelle ville est tu ??Si ce n’est pas indiscret.
Marielaine Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mathilde



Nombre de messages : 131
Localisation : France, Normandie
Loisirs : balades nature , musique , lecture, écriture
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: dépendance affective   Lun 27 Mar - 1:13

Excusez-moi de ne pas avoir répondu plus tôt, j'ai eu des problèmes de connexion.
Je ne comprends pas ce que tu veux dire Marie laine, je suis toujours pareille à moi-même..".non, je n'ai pas changé!"
Toujours les mêmes petits problèmes de malentendus et de gaffes qui blessent parfois les copains -copines, qui comptent beaucoup pour moi, affectivement .
Pas de grosses difficultés handicapantes... J'ai la chance de ne plus vivre de problèmes de couple, et je n'ai jamais vécu de mauvaises relations avec les parents (morts) ou les enfants (envolés).... J'en ai marre du boulot, c'est vrai, mais j'assume et heureusement , le temps travaille pour moi, la retraite approche! En gros j'ai le stress du travail selon le"fameux " principe de Peter"... (peux vous expliquer si vous le désirez... en gros , je suis montée, très motivée, mais je ne peux plus descendre et je déçois les gens parce qu'on attend trop de moi par rapport à ce que je peux donner, ici et maintenant)
Si j'écris avec assurance, c'est que généralement je sais ce que les mots veulent dire.. cela ne signifie pas que j'aie la science infuse...Et puis aussi j'aime bien me moquer de choses moquables pour moi-même comme pour les autres. Parfois je ne peux pas résister à des inventions ou expressions un peu...malicieuses.
Je n'habite pas du côté d'avranches, j'habite du côté du havre entre le Havre et Etretat pour être précis. Mais j'aime bien le Cotentin.
Bonne semaine
Mathilde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marielaine

marielaine

Féminin Nombre de messages : 255
Age : 65
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: de MARIELAINE ...   Lun 27 Mar - 18:29

Bonjour Mathilde
En effet tu résumes parfaitement mes ressenties à ton égard, je comprend parfaitement ce que tu vies, ou je le résume, dans mes dernières phrases
Le ‘’sommet’’, colors
[i]<<Je Suis montée, très motivée, mais je ne peux plus descendre et je déçois les gens parce qu'on attend trop de moi par rapport à ce que je peux donner, ici et maintenant>>[/i]Réponse :
C’est en effet ce qui se produit, quant on s’investie dans une carrière, ou vie de couple, ou autre,
Quant on donne beaucoup de soi, (ce qui semble être ton cas, et celui de bien d’autre) et que, pour des raisons X OU Y ?on- faiblie…, (tt proportion gardée,) il est vrai que notre entourage ‘’attend parfois trop de ceux qui possède’’ les capacités de …)!!!Mais c’est ainsi, puisque ces êtres là (de capacité) rassurent… sunny

<<Si j'écris avec assurance, c'est que généralement je sais ce que les mots veulent dire.. >>
Réponse :
Oui les mots ont une teneur, et portée de résonance, selon qui les entends, ou les prononces, ou les écrits, et les parles … !

Personnellement sa me conviens bien, de lire, tes ‘’malicieuses’ ’…, pourquoi résister à faire partager cela, ce serrai dommage, de nous en priver… ! Laughing


Quant à tes : [i colors ]<<malentendus et gaffes>> [/i]c’est sur ment ton coté spontané, et naturelle, qui gène, ceux qui aimeraient (peut-être), l’êtres aussi !! Entre autre raison !...
Resté soi même n’est pas tjrs chose facile, vis-à-vis de tel ou tel, quant on veux être agréable…qui plus est, à ses proches …!!??

Bonne semaine à toi aussi Mathilde.
Amitiés, et à bientôt.
Marielaine !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: dépendance affective   

Revenir en haut Aller en bas
 
dépendance affective
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MIKA Penniman ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TOUT EST PSY.... :: psy ..cause ..toujours!-
Sauter vers: